- VEUILLEZ PRENDRE CONNAISSANCE DES INFORMATIONS SUIVANTES -

- RECRUTEMENT - FERMETURE

LE LYCEE EST FERME AU PUBLIC DU 15 JUILLET AU 21 AOUT 2022. LES BUREAUX ADMINISTRATIFS REPRENDRONT LE 22 AOUT 2022.

Mesdames, Messieurs,
Vous nous avez fait l'honneur de candidater à un poste vacant au Lycée français de Tamatave. Les candidats dont les dossiers seront retenus, recevront une convocation à la fin du mois d'août pour un entretien. Bien cordialement, 
Le Proviseur, LP KOMLAN

AccueilNotre établissement › L'histoire du LFT

Cinquante ans, l'occasion de revenir sur l'histoire du lycée depuis sa fondation en 1953 :

Cet article a été écrit par une « figure » historique du lycée français de TAMATAVE, M. LAN PIN LAN THION Roger, que toutes les générations ont connu puisqu’il était déjà présent en 1972, date de création de l’actuel Lycée Français. 2012 marquera le quarantième anniversaire d’un établissement

1953 : la fondation
Nous sommes au mois d’août 1953. Le " Pierre Loti " jette l’ancre dans le grand port de l’Est. A son bord,
un " Vazaha ", plus précisément un Marseillais (trahi par son accent !) débarque et foule le sol de Toamasina. Cet homme a laissé derrière lui 20 ans de son existence en Chine, dans la région de Canton. A Toamasina, il se consacre essentiellement au service de la communauté chinoise et fonde une école dans le quartier d’Ampasimazava (l’actuel Apostolat de la mer). Les jeunes affluent des quatre coins de l’île et en 1962, le Révérend Père HENRI COTTO (vous l’aviez certainement reconnu) achète le terrain sur lequel se trouve toujours le Lycée, une forêt située au bord du canal des Pangalanes, dans le quartier de Tanamakoa. Le RP Cotto commence par faire construire un nouveau collège pour ses 600 élèves (dont plus de 200 internes) qui se sentent trop à l’étroit dans les locaux du quartier d’Ampasimazava. Les jeunes, à cette époque, ont beaucoup participé au reboisement et plusieurs centaines de filaos furent plantés par les élèves après les heures de cours.
Les événements de mai 1972 vont bouleverser la situation. Les étudiants réclamaient la malgachisation de l’enseignement. Après les événements commencés à Tana et qui se répercutèrent à Tamatave, ils obtinrent satisfaction et les élèves qui désiraient continuer à recevoir une instruction française furent complètement désorientés

1973 : naissance du Lycée français

Quelques mois plus tard, le réfectoire et les cuisines du Centre Catholique Chinois furent aménagés et transformés en bâtiments administratifs, les dortoirs en salles de classes du lycée.
Le nouveau lycée se contentait alors des bâtiments ainsi que du matériel scolaire que lui avait légués le CCC.
Le secondaire s’était implanté dans le lycée actuel et la section primaire occupait les bâtiments du camp Chanaron, près du phare. Un an plus tard, la section primaire a rejoint le lycée. Il a alors été nécessaire de construire un bâtiment supplémentaire, au fond du lycée entre le terrain de football et le canal des Pangalanes. Les deux anciens terrains de basket existaient déjà à l’époque, l’aire de jeux derrière le C.D.I servait de terrain de mini-foot. Le hand-ball étant devenu très populaire, un terrain fut construit avec la participation active des élèves parfois même pendant les heures de gym ! La salle des professeurs et le service administratif étaient d’abord réunis dans la salle 21 du collège et l’ancienne bibliothèque était l’actuel bureau du Proviseur.
Peu à peu, le nouveau lycée s’organise, des bâtiments sont construits, les conditions de travail s’améliorent et les proviseurs se succèdent : M. VIEUX-LOUP, M. POUGNET, M. Malet, M. Violle, M. MEISER, Mme MATHIEU, M. GUILLEUX, M. TURPIN, M. GLANARD, M. BECKRICH, Mme DINTRANS, M. GOVIGNON, M. MENAULT et actuellement M. MOGET.
Au niveau de l’école primaire, les directeurs : Mme MALAPLATE, M. TISSERAND, M. TESSIER, M. D’HIPPOLITO, M. ESCRIEUT, M. GEOFFROY, M. PERRIAU, M. LAZUL, M. ATTHAR , M. LEANDRI, M. RAULT, Mme LASSERRE et actuellement M. LEFEVRE
Les présidents de l’A.P.E : M. Deslandres, Mme DUVIGNAUX, M. BOUISSEAU, M. SIBILLE, Dr. ALANDRY, M. NORBLIN, M. POMMIES, M. DIORE DE PERIGNY, M. L’AZOU, M. FAKRA, M. VIVE, M. FARAJALLAH, M. FORESTIER, Mme RANDRIAKOTO, M. GUITARD, M. Akyl CASSAM CHENAI, M. PRAT, M. FARAJALLAH et actuellement M. EBERLE.
De nouveaux bâtiments sont construits : les classes maternelles de l’école primaire, le C.D.I., la salle informatique, la salle audio-visuelle, les laboratoires, le gymnase, la nouvelle salle des professeurs, la nouvelle salle de permanence, le nouveau bureau de la Vie Scolaire, l’infirmerie, la nouvelle salle de psychomotricité, une salle de technologie et une salle de cours pour la STMG.

1986 : Honorine,...1994 :Géralda
Le samedi 15 mars 1986, un cyclone nommé Honorine déferla sur Tamatave. Plusieurs filaos furent déracinés après avoir freiné la force brutale des vents : les bâtiments furent quasiment intacts.
En février 1994, un autre cyclone, GERALDA, dévasta la ville : plusieurs bâtiments du lycée furent détruits, notamment les salles de classes de l’école primaire, le bâtiment administratif, le gymnase et, surtout, le C.D.I. et l’ancienne B.C.D. L’aide des soldats français de la base militaire de La Réunion a été très précieuse.
Le décès du Révérend Père Henri COTTO des Missions Catholiques Etrangères de Paris survenu le 17 octobre 1988 en France a tristement touché de près tous ses anciens élèves et notre lycée.
Afin de maintenir durablement son souvenir dans ces lieux-mêmes où il a vécu et travaillé, le Centre Catholique Chinois et le Lycée Français ont fait édifier une stèle par un de ses anciens élèves.

Octobre2002 :
La mise à la disposition conclue par un accord entre le Centre Catholique Chinois et le Lycée Français se terminant définitivement en juin 2003, l’état français a engagé de nombreux pourparlers auprès des autorités malgaches qui ont finalement accepté d'autoriser la Conférence épiscopale de Madagascar à vendre le terrain « Spes Nostra » à la France.
Suite à la visite de Madame la Directrice de l’AEFE à Tamatave, le programme immobilier a été refondu. En effet, l’utilisation des subventions d’investissement de l’AEFE n’est désormais plus limitée à la propriété « Vieux Loup », appartenant à l’Association des parents d’élèves. Au lieu de concentrer des bâtiments neufs sur ce terrain et de démolir les bâtiments existants, il est possible de les réhabiliter à moindre coût, il serait plus judicieux de construire sur le terrain « Spes Nostra » .

27 février2003 :

• Réalisation de l’acquisition de la propriété « Spes Nostra » implantée au lycée Français de Tamatave par la France . L’acte de vente a été signé le 21 novembre 2002. La commission interministérielle des opérations immobilières de l’Etat à l’étranger a émis le 22 janvier 2003 un avis favorable à un bail de longue durée de quinze ans au profit de l’association des parents d’élèves à Tamatave.
• Le bâtiment de motricité du primaire a été rehaussé pour créer un espace informatique supplémentaire, ainsi que deux salles de classe.
• Un parking unique a été construit afin de séparer totalement les flux des personnes et des véhicules motorisés.

2005 - 2009
Extension du cdi avec aménagement d’un coin lecture pour les jeunes et d’une salle réservée à l’orientation scolaire et professionnelle des élèves ainsi que d’une salle de travail.
Appel d’offres pour la réhabilitation des salles 16 à 18 du primaire, le drainage du terrain et l’accès handicapés, les salles 41 à 47 du Lycée et les salles 51 à 55 du Lycée.
Début des travaux en juillet 2007
Transformation des ex-salles spécialisées informatique et laboratoire de langues en vestiaires équipés de douches réservés aux élèves.. Un vestiaire pour les garçons et un autre réservé pour les filles.
Construction d’un trottoir pour éviter les accidents de circulation provoqués par les éventuels embouteillages à la sortie du lycée.

2009 – 2012
La réhabilitation est terminée. Grâce à de nouvelles subventions, l’établissement se dote d’une alarme incendie et met en place des exercices d’évacuation.
Un serveur informatique et la fibre optique permettent d’alimenter toutes les salles et de s’appuyer ainsi sur un réseau administratif et pédagogique, et une connexion internet accessible dans tout l’établissement.

2015 - 2017 :

De nouvelles subventions ont été offertes pour fortifier la sécurité du lycée. Les murs du lycée ont été rehaussés deux fois en 2015 et en 2017, les portails ont été modifiés et on a créé un nouveau bureau de l’accueil.

2018 - 2019 :

Le cyclone AVA, en 2018, a détruit les toits des coursives, les paillotes de vente de goûters, les paillotes du primaire, du collège et du lycée. Un grand préau, en face du bâtiment scientifique pour usages multiples (Cantine, Permanence, Réunions, ...), a été alors construit.

Une station Météo a été mise en place.

2019 - 2022

Le lycée voit ses effectifs croître progressivement, jusqu'à 17 classes et 426 élèves en 2022 au primaire et 457 élèves au secondaire répartis entre le collège et le lycée.